1996 : La construction

jeudi 27 février 2014
par  gilou

De nouveaux syndicats…**

1996 est le point de départ de l’interpro avec la sortie de nombreux syndicats de la CFDT et l’affirmation dans le G10 de la volonté de construire, dans les villes et les départements, des outils locaux avec un vrai pouvoir de décisions interprofessionnelles au plan local à coté des syndicats nationaux
Dès janvier, une partie des militants de la CFDT créent SUD Rail et rapidement, les discussions dans la CFDT Rail seront compliquées (voir texte de M. Desmars publié dans Collectif 31). Une partie des militants du syndicat doute de la possibilité de construire SUD à la SNCF et sont tentés de poursuivre le débat dans la CFDT à travers la revue oppositionnelle « Tous ensemble »
Lors d’un forum « altermondialiste »à la Mounède, de nombreux militant_e_s de la CFDT nous contactent pour créer SUD.
C’est au travers d’une conférence de presse tenue au local de la rue Pélissier que formellement est annoncé le départ de la CFDT d’un certain nombre de syndicats (ANPE, Ministère de l’ Agriculture, Impôts …). Les mois précédents cette conférence de presse sont mis à profit pour étudier les différents moyens de sortie de la CFDT. Thierry Renard (membre du Bureau National de Sud PTT chargé des questions juridiques) sera mis à contribution et viendra à Toulouse à plusieurs reprises pour peaufiner les dossiers.

Deux problèmes vont apparaître :

la référence au G10 (il faudra une réunion publique avec Gourguechon ( responsable du SNUI et animateur du g10) à la Fédération de Œuvres Laïques(FOL) pour poser le problème)
- la création de syndicats sur des champs d’activité déjà couverts par des organisations du G10 (impôts, douanes, trésor). Des réunions avec Annick Coupé et Gérard Gourguechon de nombreux débats permettront de régler le problème. Dans ces débats nous avions deux préoccupations : avancer sur la nécessité de donner aux structures interprofessionnelles de base un droit de participation aux instances nationales L’autre souci était de laisser du temps aux équipes syndicales de base, notamment là où des militants issus de la CFDT voulaient créer des SUD alors qu’il existait déjà des syndicats affiliés au G10. Le débat le plus compliqué eut lieu aux impôts où une petite équipe venue de la CFDT ne voulait pas rejoindre le SNUI. SUD douanes et Snuddi fusionneront comme SUD trésor et le Spaset ; SUD impôts, accepté comme observateur, disparaîtra, sans que ces camarades rejoignent le SNUI. Des débats semblables auront lieu dans la presse autour du SNJ, qui s’opposera à la création d’un SUD parmi les journalistes. Par contre, un SUD sera créé parmi le personnel technique de France 3 Midi Pyrénées . Enfin dans cette période faste, certains auront un doute sur la création d’un syndicat SUD à l’éducation nationale et le diront aux camarades. Mais il n’était pas question de s’y opposer. La récente scission dans la FEN donnant naissance à la FSU, nous laissait penser que l’espace pour un SUD s’était considérablement réduit. Les sortant e s du SGEN (syndicat d’enseignants de la Cfdt) avaient formulé des critiques sur le modèle organisationnel de la FSU : syndicats nationaux catégoriels, organisation par tendance politique... Une partie de l’opposition CFDT nous avait fait savoir qu’elle n’irait pas a SUD et resterait à la CFDT. Enfin, la CFDT Interco s’est désaffiliée majoritairement de la CFDT pour adhérer à SUD et devient SUD Services Publics en juillet 1996. Cette expérience originale de construction de l’interpro à Toulouse fera l’objet d’un texte paru d’abord dans la revue Collectif 31, puis sous une forme remaniée dans le livre des 10 ans de SUD PTT

..et un début de fonctionnement**

Sur Toulouse, dès cette époque se tient régulièrement un secrétariat, la plupart du temps rue du lieutenant colonel Pélissier avec SUD PTT, SUD Rail, SUD Services Publics et le SNUI.
En juin 97 (et octobre) se tiendra le premier congrès du G10 et seront déposées les premières listes à une élection des prud’hommes (commerce, activités diverses et encadrement).
Malgré la grève de 95, la privatisation de France Télécom s’est poursuivie et accélérée avec l’arrivée de Jospin au gouvernement. Lors d’un conseil syndical de sud PTT, nous avons décidé de poursuivre une manifestation contre cette privatisation à…Cintegabelle, dont Jospin était le conseiller général ! Notre manifestation fût la première d’une longue série
En décembre, fête pour le départ de la rue du lt cl Pelissier. (La mairie récupérant le local et nous « donnant »les arênes
Durant toute cette période, en même temps que se créaient de nouveaux syndicats (à la Semvat, chez les étudiants…), le G10 continuait à s’impliquer dans des luttes sur la cité (chômeurs, précaires, anti racistes…)

En fichiers joints texte de la conférence de presse, articles de Rouge, lettre de Michel Desmars. Une série de texte ssur la percée des SUD

<media480|insert|center>

<media460|insert|center>

<media484|insert|center>

<media485|insert|center>

<media486|insert|center>

<media487|insert|center>

<media502|insert|center>

<media582|insert|center>

<media585|insert|center>

<media588|insert|center>


Navigation

Articles de la rubrique

  • 1996 : La construction

Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois