CIP-MP : Appel à la grève et à la mobilisation le 1er octobre

vendredi 26 septembre 2014
par  Alava victor

[(APPEL
COORDINATION DES INTERMITTENT-ES ET PRECAIRES DE MIDI-PYR. (CIP-MP)
1er OCTOBRE )]

jour de mise en application de l’ensemble de la Convention chômage

JOURNEE NATIONALE DE GREVE

A Toulouse, la CIP-MP appelle à la mobilisation et à la grève

[rouge]RDV mercredi 1er octobre à 11H
en bas des allées Jean Jaurès, (face à la FNAC)[/rouge]
(avec les casse-croûtes)

A Toulouse
appellent aussi à la mobilisation :
le MNCP (Mouvement National des Chômeurs et Précaires), la CGT spectacle, Solidaires SUD emploi, SUD culture Solidaires, SUD Collectivités Territoriales 31, les AVS en colère (Auxiliaires de Vie Santé), le DAL (Droit au Logement),
les Maisons des chômeurs toulousaines "La Fabrique", "Avenir" et les deux sites de "Partage" qui seront en grève ce jour-là
Merci à toutes les structures (collectifs, syndicats,associations,..) qui souhaitent s’associer à cet appel de nous le faire savoir. Idem pour celles qui seront en grève)

Au niveau national
se joignent à l’appel toutes les organisations du Comité de suivi :
Les CIP (25 régions), Fédération des Arts de la rue, Fédération CGT spectacle, collectif des Matermittentes, Monteurs associés, Recours Radiation, Société des Réalisateurs de Films, SUD culture Solidaires, SUD spectacle, Syndicats du Cirque de Création, Syndicat des Musiques Actuelles, SYNAVI, SYNDEAC, UFISC, Union des Créateurs Lumière,….
(l’appel en PJ)

Dans notre région

le Collectif des Intermittents Aveyronnais (CIA)
appelle à "Sonner l’alarme"
RDV le 1er Octobre à partir de 10 h 30 , Place des Consuls à Millau
Le Medef enfume en annonçant qu’il peut créer 1 million d’emplois ! A quel prix ? Pour quels emplois ?
En supprimant le Smic ? En réduisant les congés payés ? En supprimant les 35 h ? En démontant le Code du Travail ? En faisant travailler dimanche et jours et fériés ?

l’Union syndicale Solidaires 32 appelle à AUCH
en soutien à l’appel de la CIP-MP,
les intermittents, les précaires, sans emploi, retraités, étudiants
à un rassemblement le 1er octobre à partir de 11H30 (pique-nique, casse-croûte) devant Pôle emploi, bd des Pyrénées

[rouge]DE L’ARGENT IL Y EN A
POUR CONSTRUIRE DE NOUVEAUX DROITS ![/rouge]

Nous n’acceptons pas la casse des droits sociaux des chômeurs, précaires, intermittents et intérimaires, aggravée par la mise en place de la convention d’assurance chômage du 22 mars.

Monsieur Rebsamen demande le renforcement du contrôle des chômeurs : nous lui répondons qu’il ferait mieux de contrôler les fraudes des employeurs sur le paiement des cotisations sociales qui coûtent plus de 20 milliard d’euros par an.

Ou les entreprises qui utilisent l’assurance chômage pour économiser sur les salaires de leur cadres en pré-retraite, pôle emploi en tête !
(cf : http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/09/11/les-petits-arrangements-de-pole-emploi-avec-ses-cadres-proches-de-la-retraite_4485935_3224.html)
Arrêtez de dire que les précaires sont responsables du déficit de la protection sociale, c’est un mensonge !
Nous demandons l’abrogation de la nouvelle convention d’assurance chômage visant à faire des économies sur le dos des seuls chômeurs et précaires, en les stigmatisant.
Monsieur Valls offre un pacte de "responsabilité" aux entreprises pour favoriser la compétitivité et l’emploi, alors que ces dernières versent 30% de dividendes supplémentaires à leurs actionnaires au second trimestre 2014 et demandent par ailleurs à pouvoir embaucher en dessous du SMIC pour s’en sortir.
Ce n’est plus de la provocation, c’est de l’indécence !
Nous ne croyons pas en votre "crise" et ne voulons pas d’un plein-emploi précaire. Nous exigeons que notre modèle de protection sociale accompagne la discontinuité de l’emploi, les contrats courts, l’intérim, et qu’il soit discuté avec les premiers concernés.

Monsieur Gattaz déclare que "notre modèle social à vécu, il n’est plus adapté" : nous lui répondons que c’est notre modèle de dialogue social qui est mort et qui n’est plus adapté. Une gestion paritaire de l’UNEDIC qui date de 1958 : oui, le monde a changé et c’est ce paritarisme là qui n’est plus d’actualité.
Il est scandaleux que les cotisations sociales - part socialisée du revenu appartenant aux salariés - soient gérées de manière mafieuse et qu’il appartienne au patronat d’en décider.
Nous demandons la transparence des comptes de l’UNEDIC et exigeons que les chiffres bruts soient communiqués pour expertise.

Monsieur Hollande, alors que l’INSEE vient de publier son rapport présentant une instabilité et une précarisation croissante des conditions d’emploi, nous demandons que la question de l’assurance chômage devienne un débat national et que le modèle d’indemnisation soit repensé afin que 100% des chômeurs soient indemnisés.

Nous avons des propositions et tant qu’elles ne seront pas entendues, nos actions ne connaîtront pas de pause.

Nous appelons à la grève partout en France le 1er octobre 2014, jour de mise en application de l’ensemble de la convention d’assurance chômage.

Chômeurs, intermittent-es, précaires, salarié-es, étudiant-es, retraité-es, nous sommes tous concernés, soyons tous mobilisés



Agenda

<<

2018

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois