KIT Violences faites aux femmes

samedi 2 octobre 2010
par  feminisme

[|Violences faites aux femmes|]

■ Une salariée a un entretien de licenciement pour absence répétée et injustifiée au travail, qui se cumulent avec des retards fréquents. En préparant sa défense, il s’avère qu’elle est battue et séquestrée par son mari...

■ Une salariée est en congé longue maladie car elle ne supporte plus les avances répétées de son supérieur hiérarchique. Sa situation financière est désespérée, et elle désire reprendre le travail. Elle ne peut, en revanche, retourner là où elle travaillait : le "harceleur sexuel" y est encore.

[(

[|FACE À DES SITUATIONS DE VIOLENCES, IL EXISTE PLUSIEURS NIVEAUX D’INTERVENTIONS SYNDICALES.|]

■ La défense individuelle des salariées

Par des actions concrètes, parfois dans l’urgence, pour protéger la salariée ou la collègue : il s’agit d’intervenir auprès de l’employeur pour que les violences conjugales n’entrainent pas des conséquences telles qu’un licenciement, une précarité financière et de rappeler à l’employeur son obligation de sécurité vis-à-vis de ses salarié-e-s. Mais aussi, il s’agit d’avoir le réflexe de donner à la salariée / collègue les coordonnées des
associations locales qui prendront le relais et l’accompagneront dans toutes les
démarches judiciaires à entamer...

■ Des actions de promotions des comportements non sexistes

Au niveau de l’entreprise, dans le cadre des CHS, de la médecine du travail et de prévention, mais aussi des accords égalité professionnelle, il s’agit de développer un panel de mesures et de revendications pour accompagner le départ du domicile (foyer, hotel, hébergement d’urgence pris en charge...), des facilités pour changer de service, de mutation géographique si besoin... Comme d’obliger l’employeur à interdire, sur le lieu de travail, toute référence à des propos sexistes, et d’avoir une politique de prévention active contre toutes les autres pratiques discriminatoires (liées au handicap, à l’origine ethnique, la couleur de la peau, l’orientation sexuelle...).

Au niveau syndical, il s’agit également de promouvoir dans nos formations internes, comme dans notre comportement quotidien, tout ce qui relève des pratiques anti-discriminatoires, anti-sexistes particulièrement. Il convient, constamment, et toujours collectivement, d’intervenir sur ce qui n’est rien de moins qu’une expression de la hiérarchie entre les hommes et les femmes, hiérarchie incompatible avec nos valeurs d’émancipation, d’égalité et de solidarité.

)]

[(
■ Au travail, le harcèlement moral concerne 3,9 % des femmes (situations imposées, critiques injustes, mises à l’écart répétées...), les injures et menaces 8,5 %, les agressions physiques 0,6 %. Le harcèlement sexuel, avances ou agressions sexuelles, frappent 1,9 % des salariées. Une fois sur 5, il s’agit d’un
supérieur hiérarchique.

■ En 1999, plus d’un million et demi de femmes ont été confrontées à une situation de violence, verbale, physique et/ou sexuelle.

■ Les violences conjugales relevées par l’enquête vont des menaces, chantage affectif sur les enfants, mépris, à la séquestration, la mise à la porte, les rapports sexuels imposés, les coups et la tentative de meurtre. Elles concernent une femme sur 10 vivant en couple en 1999.)]

[|LES ASSOCIATIONS ET COORDONNÉES UTILES|]

3919 : appel gratuit, service d’écoute téléphonique anonyme pour témoins et victimes de violences conjugales, donne des informations sur les démarches à effectuer.

http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr

COLLECTIF FÉMINISTE CONTRE LE VIOL : 0800 05 95 95 appel gratuit, service d’écoute téléphonique pour les victimes de violences sexuelles, donne des informations sur les démarches à effectuer.

http://www.cfcv.asso.fr.

AVFT (Association contre les violences faites aux femmes au travail) : 01 45 84 24 24. Permanence téléphonique du lundi au vendredi de 9 h 30à 15 h, 115 : appel gratuit afin de chercher une mise à l’abri d’urgence

APIAF (Association pour la promotion, l’initiative et l’autonomie des femmes) : lieu d’écoute lors de permanences physiques le mardi de 12 h 30 à à 17 h et le jeudi de 14 h à 17 h pour les femmes victimes de violences conjugales, de mariages forcés, mutilations sexuelles... 31, rue de l’étoile, Toulouse, Métro François Verdier, Téléphone : 05 62 73 72 62

C.I.D.F (Centre d’Information sur les droits des femmes) : permanences téléphoniques tous les jours sauf mercredi matin pour l’accès aux droits des femmes, propose des médiations familiales. 95, grande-rue Saint-Michel, 31400 Toulouse. Téléphone : 05 34 31 23 31
Permanences à Bagatelle, les Izards, Tournefeuille, Colomiers, Blagnac, Muret, Saint-Gaudens.

PLANNING FAMILIAL : écoute, orientation, accompagnement lors de permanences physiques et téléphoniques sur la contraception, l’IVG et les violences faites aux femmes. 23, rue Moiroud, 31500 Toulouse. Téléphone : 05 61 25 54 17 Permanences au Mirail et à Ramonville.

DU COTÉ DES FEMMES : permanence téléphonique tous les matins, entretien sur RDV, groupe de parole sur la défense des droits des femmes et la lutte contre les violences faites aux femmes. 33, rue de de la louge, 316000 Muret. Téléphone : 05 34 63 16 74

[([*
[|Contacts à Solidaires :

Françoise BRAMI (SUD Commerce) : 06 35 22 85 75

Laurence SRUH (SUD Collectivités Territoriales) : 06 85 59 23 75

Patricia MORLANS (SUD Sante-Sociaux) : 06 64 12 24 90
|]*])]


Documents joints

PDF - 530.5 ko

Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois